Il y a un certain nombre de fois où notre esprit s’accroche fermement à quelque chose, et cela est rarement utile :

J’ai raison, l’autre personne a tort

Cette personne vit sa vie de la mauvaise manière, elle devrait changer

Ma préférence est la meilleure, les autres se trompent

C’est ce que je veux, je ne veux rien d’autre

Je n’aime vraiment pas ça, ça craint

Je devrais avoir cette personne dans ma vie, qui m’aime

Je ne devrais pas être seul, je ne devrais pas être en surpoids, je ne devrais pas être comme je suis, je ne devrais pas avoir cette vie

Dans tous ces cas, et plus encore, nos esprits sont fixés sur un certain point de vue, et nous en jugeons souvent d’autres. Nous nous plaignons. Nous sommes attachés à ce que nous voulons et à ce que nous ne voulons pas. Lisez cet article pour en savoir plus.

Cela conduit au stress. Le malheur. La colère. La droiture. Le jugement. Se distancer des autres. Fermeture.

Et cela conduit à se fermer à la beauté de ce moment, tel qu’il est, plein d’ouverture et de possibilités.

Si vous souhaitez travailler sur le lâcher prise, j’aimerais vous proposer une pratique simple.

La pratique du lâcher prise

On peut en fait pratiquer cela toute la journée, car même si on ne s’en rend pas compte, on s’accroche, on se durcit et on se fixe sur des points de vue tout au long de la journée.

Voici comment s’entraîner :

Commencez par vous rendre compte que vous êtes endurci. Remarquez que vous êtes stressé, bouleversé par quelqu’un, que vous avez l’impression d’avoir raison, que vous vous plaignez de quelqu’un ou d’une situation, que vous n’êtes pas ouvert à d’autres points de vue, que vous remettez quelque chose à plus tard, que vous évitez, que vous êtes tendu. Ce sont de bons signes que vous vous accrochez, que vous êtes endurci dans votre point de vue, que vous êtes fixe, attaché, que vous vous accrochez. Soyez bon à le remarquer.

Remarquez la tension dans votre corps. C’est un resserrement qui se produit à partir des muscles de votre estomac, en passant par votre poitrine, dans votre gorge, jusqu’à votre front. Considérez cela comme votre colonne centrale, et elle se resserre lorsque vous pensez que vous avez raison, ou que quelqu’un d’autre a tort, ou que vous voulez vraiment quelque chose ou que vous ne voulez pas quelque chose.

Commencez à détendre ces muscles tendus. C’est le cœur du changement qui consiste à passer du maintien au lâcher prise. Quelle que soit la tension de votre colonne centrale, détendez-vous. Essayez-le dès maintenant. Qu’est-ce qui est tendu ? Détendez-vous. Ramollir.

Ouvrez votre conscience au-delà de vous-même. Une fois que vous avez fait cela (et vous devrez peut-être répéter la relaxation plusieurs fois), vous pouvez ouvrir votre conscience au monde qui vous entoure, à partir de votre propre corps et de votre conscience de soi. Prenez conscience de l’espace qui vous entoure, des personnes et des objets, de la lumière et du son. Ouvrez votre conscience au quartier qui vous entoure.

Prenez conscience de l’ouverture et des possibilités. Avec l’ouverture d’esprit, vous pouvez commencer à vous sentir plus ouvert. Votre esprit n’est plus fermé, mais a fait place aux possibilités. Vous n’êtes plus fixé sur une seule bonne voie, mais vous êtes ouvert à tout. C’est la beauté de l’ignorance.

Vous êtes ouvert à la beauté qui est devant vous. Maintenant que vous n’êtes plus fixé sur la justesse ou sur votre façon de faire ou sur la façon dont les choses devraient ou ne devraient pas être… vous pouvez saisir le moment présent qui se trouve devant vous. Vous avez vidé votre tasse et fait de la place pour voir les choses telles qu’elles sont réellement, et apprécier la beauté de ce moment, la beauté des autres et de vous-même.

Faites un pas en avant avec une ouverture d’esprit qui ne se sait pas. De ce lieu de détente de l’esprit fixe, d’ouverture… faites le prochain pas avec une position d’ignorance. Vous ne savez pas comment les choses devraient être, découvrons-le ! Vous ne savez pas si vous avez raison ou tort, explorons ! Vous ne connaissez pas les réponses, vous gardez les questions dans votre cœur et vous vous dirigez vers des possibilités ouvertes.

C’est aussi simple que cela. Et bien sûr, il faut beaucoup de pratique. Vous pouvez le faire à tout moment, mais il est utile d’avoir un petit moment de la journée où vous fixez un rappel, puis de prendre quelques instants pour vous asseoir et vous entraîner avec ce à quoi vous vous êtes accroché aujourd’hui.

Lorsque nous pratiquons de cette manière, nous abandonnons nos schémas habituels de préoccupation et d’exclusion de toute possibilité, pour nous ouvrir à des possibilités illimitées et voir la beauté époustouflante du monde qui s’offre à nous.