En France, on dénombre près d’un million d’ingénieurs en 2020. Ces derniers sont représentés dans la quasi-totalité des secteurs économiques. Selon une étude de la fédération IESF (Ingénieurs et scientifiques de France), le métier d’ingénieur est l’un des plus privilégiés dans l’hexagone en matière de conditions salariales, opportunités et niveau de vie. C’est l’un des métiers les plus porteurs pour les années à venir. Cet article vous donne les raisons de devenir ingénieur.

Ingénieurs : des statistiques élogieuses

La commission des titres d’ingénieurs dénombre environ 207 universités autorisées à délivrer le diplôme d’ingénieur en France. Elle vérifie périodiquement la qualité et la performance des écoles d’ingénieurs au regard des compétences scientifiques et professionnelles. Les critères suivis sont la couverture internationale et la performance de la recherche conduite dans les laboratoires. Si on compte autant d’universités qui forme des ingénieurs, c’est parce ce que ces derniers sont très demandés. En France par exemple, le titre d’ingénieur est protégé et la formation dure cinq années.

Les chiffres sont positifs en ce qui concerne l’insertion professionnelle. 94 % des ingénieurs formés en France sont en CDI ou titulaires de la fonction publique. Le taux de chômage est de 4 % ce qui est normal. Environ 30 000 emplois d’ingénieurs sont publiés sur les sites comme https://www.onlyengineerjobs.fr/fr. Les jeunes diplômés n’ont donc pas à s’inquiéter. Près de 81,8 % d’entre eux se retrouvent en situation d’emploi moins de deux mois après la fin de leurs études. D’ailleurs, le taux net d’emploi des ingénieurs dépasse celui des diplômés des écoles de management. Non seulement les ingénieurs sont très recrutés, mais ils sont aussi bien payés. Avec un salaire annuel brut médian de 57 700 €, ils gagnent 2,5 fois plus que la moyenne des Français.

ingenieur

Quand on les interroge sur leur situation professionnelle, 78 % se disent satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Il y a de quoi vu que 97 % d’entre eux sont des cadres et occupent des postes de responsabilité. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le salaire n’apparaît pas comme le facteur principal d’épanouissement.

C’est le fait de bénéficier de missions variées et intéressantes qui motive le plus les ingénieurs dans l’entreprise. Ce métier offre d’énormes possibilités professionnelles en termes de débouchés. Pour avoir plus de détails, consultez https://www.webengineering.fr qui donne une vue détaillée des options possibles.

Ingénieurs : où travaillent-ils ?

L’industrie automobile, d’ingénierie, d’aéronautique, navale et ferroviaire ainsi que les bureaux d’études sont les premiers secteurs d’emploi des ingénieurs. Les activités informatiques et services d’information viennent en seconde position. Les femmes y sont faiblement représentées avec un emploi sur six. Par contre, elles sont majoritaires dans les industries chimique et agroalimentaire. On les retrouve également bien représentées dans les sociétés de conseils.

La fonction « Études-conseils » et la R&D (recherche et développement) sont les principales fonctions exercées par les ingénieurs. Elles représentent un emploi d’ingénieur sur cinq. À quelques variables près dans l’ordre de classement, les quatre principales fonctions exercées restent inchangées d’année en année : « R&D, études scientifiques et techniques hors informatique » (20,4 %), « études-conseils et expertise » (15,8 %), « production, exploitation » (10,4 %) et « études, développement en système d’information » (9,5 %) représentent plus de 50 % des fonctions exercées par les jeunes ingénieurs.

La jeunesse des professionnels est également un atout considérable. Il y a quatre fois plus de jeunes ingénieurs (25-29 ans) que de plus âgés (60-64 ans). En France, un ingénieur sur deux à moins de 37 ans. Ceci dénote que ce secteur est très dynamique et attractif pour les nouveaux bacheliers qui désirent réussir leur carrière et leur vie.

Ingénieurs : opportunités et facilités

La carrière d’un ingénieur est très évolutive. Pour ce qui est du monde de l’entreprise, l’évolution de la carrière peut se libeller en 3 phases principales. D’abord, vous débutez en tant qu’ingénieur d’application qui a une mission définie et qui est intégré dans un groupe. Vous travaillez donc sous la supervision d’un ingénieur confirmé. C’est le lieu de développer des compétences techniques, et montrer une certaine efficience par rapport à une situation professionnelle.

Ensuite, vous avez la possibilité d’évoluer vers une expertise qui correspond à un virage vers le management d’un groupe. Vous prenez alors la responsabilité d’un projet que vous conduisez. À cela peuvent s’ajouter d’autres responsabilités fonctionnelles.

Enfin, vous progressez vers un poste de direction qui vous offre une responsabilité avec une plus grande autonomie. Vous pouvez donc être :

  • ingénieur de base ;
  • responsable d’une équipe ou d’un projet (mobilisant a priori plusieurs personnes) ;
  • responsable d’un service (avec une organisation à plusieurs niveaux hiérarchiques) ;
  • et enfin directeur d’un établissement ou directeur général.

À ces types de carrières s’ajoutent des fonctions d’enseignement, de recherche et de conseils si vous voulez quitter le monde de l’entreprise. Les options sont nombreuses et dépendent de votre projet professionnel.

Ingénieurs : Un métier ouvert sur l’international

En 2013, 117 000 diplômés d’écoles d’ingénieurs françaises ont été dénombrés à l’étranger, soit 15,5 %. Les ingénieurs français gardent une très bonne cote à l’étranger. Pour une augmentation de 4 % d’ingénieurs en France, on observe une progression de 6 % à l’étranger sur la période 2008-2013. Cette expatriation est un phénomène durable, car, 38 % des sondés ne pensent pas rentrer en France à l’avenir.

Prioritairement, les premiers pays d’accueil sont la Suisse (12,6 %), l’Allemagne (11,5 %), les États-Unis (8,4 %), la Grande-Bretagne (7,8 %) et la Belgique (5,8 %). Les industries extractives sont les secteurs les plus concernés par l’expatriation à raison de 49 % des ingénieurs. Viennent ensuite les industries pharmaceutiques (29 %), la banque assurance et les institutions financières (23 %), et les industries chimiques (20 %). Naturellement, les ingénieurs expatriés sont mieux rémunérés que leurs homologues restés dans l’Hexagone. Le salaire médian des premiers atteint 75 000 €, et grimpe à 100 000 € pour la moitié d’entre eux à partir de 40 ans.

De tout ceci, on peut donc à l’évidence retenir que le métier d’ingénieur est un domaine d’avenir en France, car il recrute énormément, notamment sur https://www.linkedin.com comparativement aux autres secteurs d’activités. Variété et intérêt des missions, emplois, rémunérations, ouvertures internationales, tous les indicateurs sont au vert pour les ingénieurs. Si vous vous sentez donc prêt à vous lancer dans ce métier, n’hésitez pas. Assurez-vous tout de même d’avoir les aptitudes et toutes les compétences requises à cet effet. Il serait bien dommage de se lancer sans pouvoir aller au bout.