Un de mes chers amis a dit un jour : “La vie vous transforme en expert dans des domaines où vous n’avez jamais choisi de le devenir.” Cela résonne beaucoup en moi ,en tant qu’entrepreneur et mère de deux enfants. De nos jours, c’est l’un des pires stéréotypes que de voir une femme d’affaires qui est aussi mère et de lui demander : “Comment faites-vous ?” Est-ce que les hommes se font parfois poser cette question ?

Le fait est que les femmes entrepreneurs ont un ensemble de compétences totalement différent de celui de leurs homologues masculins, et ce par nécessité. Loin de moi l’idée de regarder cela et de penser que nous sommes forcées, à coups de pieds et de cris, d’apprendre à travailler plus fort, plus intelligemment et plus efficacement que nos pairs masculins. D’après mon expérience, il est préférable d’aborder les défis en se disant que c’est un cadeau.

Explorons cinq choses que les femmes entrepreneurs savent sur les affaires et la vie et que les hommes ne pas savent nécessairement, mais qu’elles ne pourront jamais comprendre à la mesure des femmes.

 

5 choses que les femmes en affaires savent :

1. Faire constamment face aux défis vous rend plus apte à les surmonter

Les entrepreneurs sont connus comme des personnes qui, en général, défient les attentes et défient les normes. En tant que femmes entrepreneurs, nous défions les normes dès le départ, simplement en devenant entrepreneurs. Nos entreprises sont automatiquement en minorité, car dans le monde des affaires, nous le sommes aussi – il n’y a pas autant de femmes entrepreneurs que d’hommes entrepreneurs.

Donc, si vous lancez une entreprise basée sur une nouvelle application, un service ou un produit innovant qui ne ressemble à rien de ce que quiconque a vu auparavant, il y a moins de chances que vous soyez intimidée par les défis, car en tant que femme chef d’entreprise, vous innovez déjà simplement en venant au bureau chaque matin.

 

2. Vous devez réclamer votre place à la table, personne ne vous la donnera

En tant que femme, avez-vous déjà mis les pieds dans un environnement de type “Boys’ Club” et vous êtes-vous demandé où sont toutes les autres femmes ? C’est ce que l’on peut ressentir lorsqu’on assiste à un événement de réseautage d’affaires, où entamer une conversation qui sera prise au sérieux relève du parcours du combattant. Mais nous, les femmes entrepreneurs, ne nous laisserons pas faire – cet obstacle à la création de réseaux d’affaires est précisément ce qui fait notre force. Vous apprenez à garder la tête haute et à parler avec autorité. Vous devez avoir les pieds sur terre.

Ce qui me fascine toujours, c’est la façon dont les femmes restent fortes dans des situations où elles sont si clairement en minorité. À mon sens, les femmes entrepreneurs les plus fortes et les plus féroces tirent leur force de leur sens de la conviction : conviction dans leur entreprise et dans leur droit à avoir un siège à la table. Cela ne vient pas facilement, mais les femmes apprennent au fil du temps à rester centrées, même lorsque tout le monde veut les bousculer.

 

3. Vous devez apprendre à demander ce que vous voulez et ce dont vous avez besoin

Savez-vous que lever des capitaux pour les entreprises appartenant à des femmes est bien plus difficile que pour les hommes ? Bien sûr que vous le saviez, car cela semble probablement évident. Tout comme le réseautage est plus difficile, l’obtention d’un financement, qui est essentiel au démarrage de toute nouvelle entreprise, l’est tout autant. Les investisseurs ont tendance à investir dans ceux qui leur ressemblent d’une certaine manière, et il est clair qu’il y a moins d’investisseurs féminins, tout comme il y a moins de femmes chefs d’entreprise. Lorsqu’un obstacle est mis sur votre chemin, il faut être très malin pour le contourner.

En tant que femmes, nous avons souvent tendance à demander moins que ce qui est nécessaire. Une fois que nous avons appris que c’est une grosse erreur pour quiconque veut créer une entreprise, nous sommes sûres de toujours parler aux investisseurs pour obtenir ce dont nous avons besoin.

 

4. Se prendre au sérieux même si les autres ne le font pas

Dans un certain nombre de situations professionnelles, il y a de bonnes chances qu’une femme entrepreneur ne soit pas prise au sérieux. Alors quelle est la leçon importante que nous devons tirer de tout cela ? Nous devons apprendre à nous prendre nous-mêmes au sérieux d’abord.

Non seulement c’est une compétence étonnante en affaires, mais c’est aussi une compétence de vie indispensable en général. Les hommes reçoivent plus de choses dans la vie que nous, et cela signifie que nous devons faire le travail supplémentaire pour nous donner ces choses qui ne nous ont jamais été fournies.

C’est un truc qui donne du pouvoir, donc pas étonnant que les femmes entrepreneurs les plus accomplies se trouvent être certaines des femmes les plus sûres d’elles que vous rencontrerez.

 

5. Demander de l’aide est une force, pas une faiblesse

C’est un stéréotype que les hommes sont plus réticents que les femmes à demander des directions quand ils sont perdus, mais il y a beaucoup de vérité à cela. Les recherches montrent que les femmes vont chez le médecin avant qu’un problème de santé ne devienne plus grave, qu’elles sont plus susceptibles de rejoindre un groupe de soutien lorsqu’elles en ont besoin et qu’elles sont plus promptes à tendre la main et à aider les autres lorsqu’elles voient quelqu’un dans le besoin. Ces traits, souvent interprétés à tort comme des faiblesses, sont exactement ce qui fait des femmes des entrepreneurs si performants.

Etre entrepreneur peut parfois donner l’impression de réinventer la roue. Il y a tellement de choses à apprendre, et rien de tout cela ne peut être fait dans le vide. Pour qu’une personne puisse construire quelque chose de complexe à partir de rien (comme une entreprise à partir de zéro), le soutien et la collaboration sont essentiels.

Il y a une richesse de connaissances à apprendre en écoutant les idées et les perspectives de ceux qui vous entourent, surtout s’il s’agit de sources fiables. Je ne dis pas que les hommes ne sont pas doués pour cela, mais le cerveau féminin est câblé pour la collaboration, et il y a tant à gagner en se connectant avec les autres ainsi qu’en demandant – ou en offrant – de l’aide quand et où cela est nécessaire.