La meilleure alternative aux levées de fonds

 

Bâtir sa propre entreprise n’est pas une chose facile. Les start-up d’aujourd’hui, plus particulièrement les entreprises en ligne qui sont spécialisées dans l’e-commerce et le SaaS, sont confrontées au problème épineux du financement et de la trésorerie. Lorsqu’il n’a pas de capitaux propres, l’entrepreneur est obligé de se tourner vers les financements externes : prêt bancaire, emprunts, levées de fonds d’investissement… Chaque mode de financement possède ses propres avantages et inconvénients, mais récemment, l’un d’entre eux séduit de plus en plus d’entreprises françaises : le Revenue-Based Financing ou RBF. 

De quoi s’agit-il ? 

 

Présentation 

C’est une solution de financement qui est avantageuse pour les entreprises en ligne. Ainsi que son nom l’indique, il s’agit d’un financement basé sur les revenus de l’entreprise, un concept importé de l’Amérique du Nord. En effet, les méthodes classiques de financement ne conviennent pas aux entreprises du Web, car les banques financent surtout des boutiques physiques ou des actifs matériels et exigent des garanties avant d’octroyer leurs prêts. Le RBF, également connu sous le nom de «Royalty-Based Financing», est un moyen d’accélérer rapidement l’activité commerciale en ligne, car elle permet d’obtenir le fonds nécessaire en 24 ou 48 heures et sans dilution. 

 

Fonctionnement 

Une startup est financée par une autre entreprise par le biais du RBF. Pour ce faire, l’investisseur va demander à l’entreprise de connecter ses comptes (bancaires, publicitaires…) à un outil qui va vérifier son éligibilité. Les algorithmes de l’outil vont évaluer précisément la situation et les performances de l’entreprise. Une fois que l’outil reconnaît l’entreprise comme étant éligible, les fonds sont rapidement débloqués. 

 

Remboursements

Le montant des mensualités à payer est calculé en fonction des performances mensuelles. Par conséquent, la somme à payer n’est pas fixe, au contraire des mensualités d’un emprunt bancaire. Cette formule modulable est un grand avantage, car elle offre plus de flexibilité et s’adapte au secteur d’activité de l’entreprise. L’investisseur bénéficie d’une commission dont le montant se situe entre 6 à 9 % du montant qui est financé. 

 

Les avantages de la Revenue Based Financing

Le Revenue Based Financing constitue une alternative à la levée de fonds et est flexible et rapide, mais surtout sans dilution du capital. Les entreprises en ligne, les jeunes pousses et les e-commerçants sont grandement avantagés dans leur croissance et leur développement, puisqu’elles bénéficient de fonds rapides qu’elles rembourseront en fonction de leurs revenus. Cette solution de financement en capital innovante commence à rencontrer beaucoup de succès en France et s’appuie sur les logiciels de gestion de l’entreprise et les données collectées et analysées pour évaluer les revenus :

  • croissance du revenu mensuel
  • coût d’acquisition client
  • endettement
  • bénéfice publicitaire
  • ventes
  • scalabilité marketing
  • croissance du chiffre d’affaires annuel
  • Attrition…

Les autres alternatives à la levée de fonds

 

Les inconvénients de la levée de fonds

L’un des principaux inconvénients de la levée réside dans le fait que c’est un processus extrêmement chronophage. Rien que l’étape de la recherche d’un investisseur peut prendre beaucoup de temps (présentation d’un business-plan, préparation de la phase d’amorçage…). D’ailleurs, il ne faut jamais se précipiter dans la réalisation de la levée de fond. En plus de cela, l’arrivée de nouveaux investisseurs entraîne une hausse du capital, mais également une dilution de ce dernier. Il est souvent plus bénéfique d’emprunter plutôt que de diluer. 

 

Les alternatives 

On peut se tourner vers d’autres solutions de financement pour trouver des fonds, mais dont l’efficacité dépend de la nature de l’activité commerciale : 

  • le crowdfunding ou financement participatif via la collecte de fonds propres ;
  • la recapitalisation par les actionnaires ;
  • les aides publiques de l’État ;
  • le «love money» pour demander des capitaux à ses proches ;
  • la consultance à temps partiel pour avoir une rentrée d’argent tout en se consacrant au développement de l’activité de la start-up ;
  • la corp-up est la collaboration entre une grande entreprise et une jeune pousse. La capacité financière des grands groupes est alliée à l’énergie innovatrice des startups afin que celles-ci puissent pénétrer plus rapidement le marché ;
  • les Business-Angels prennent sous leurs ailes les jeunes start-ups et entreprises innovantes à fort potentiel de croissance. Ce sont des entrepreneurs confirmés et investisseurs en capital qui souhaitent faire bénéficier de leur expérience les jeunes entrepreneurs, tout en profitant d’une bonne opportunité rentable.
Sommaire
NOUS SUIVRE
ARTICLES LES + POPULAIRES