Le secteur de l’éducation a connu une transformation radicale l’année dernière. Alors que de nombreuses écoles ont déployé des appareils et des logiciels destinés à améliorer l’apprentissage en classe, une grande partie de ce qui se passe dans l’école se déroule comme avant. De fait d’une industrie qui est souvent confrontée à des budgets et des délais serrés, nous avons vu  à tous les niveaux des degrés très variables de préparation numérique pour faire fonctionner une école entièrement en ligne.

L’épidémie de Covid-19 a complètement changé cela presque du jour au lendemain. Lorsque les élèves et le personnel ont été renvoyés chez eux au printemps, les écoles se sont soudainement retrouvées confrontées à la tâche colossale de faire décoller les programmes d’apprentissage à distance tout en accélérant l’adoption d’un modèle de fonctionnement axé sur le numérique. Ce que de nombreuses organisations mettent des mois à accomplir… elles n’ont eu que quelques jours.

Du point de vue de la sécurité, une adoption aussi rapide mettait encore plus en danger des établissements d’enseignement déjà vulnérables.

Si la sécurisation d’un grand environnement numérique est une entreprise complexe, c’est une entreprise que presque toutes les organisations d’enseignement – et leur équipe informatique – devront mener à bien face à l’incertitude persistante de la nouvelle année scolaire qui est maintenant bien entamée. Voici trois composants critiques qui devraient être considérés comme non négociables lorsqu’il s’agit de permettre des programmes d’apprentissage à distance réussis et sécurisés.

 

1. Connexion permanente des appareils

Le premier composant critique d’un environnement d’apprentissage à distance sécurisé, aussi évident que cela puisse paraître, est la capacité de suivre tous les appareils et de savoir comment ils sont utilisés. Mais, cela s’est avéré être un défi important pour une majorité d’écoles et de districts.

Au début de la pandémie, on s’est très clairement concentré sur l’envoi d’appareils à la maison et sur la garantie que les étudiants et les enseignants restent connectés… mais des défis pour suivre, gérer et sécuriser ces appareils à l’échelle tout en étant à distance se sont souvent présentés. Les écoles étaient alors incapables de savoir où se trouvaient physiquement leurs appareils, quel élève avait emporté quel appareil à la maison et à quoi servaient ces appareils. Et tout aussi intimidant est le besoin de récupérer et de re-provisionner tous ces appareils à la fin de l’année scolaire.

Comme dans les environnements d’entreprise, les districts scolaires ont dépensé des sommes massives en matériel au cours de la dernière décennie – avec des dépenses importantes au cours des six derniers mois seulement. Et avec une offre limitée d’ordinateurs portables disponibles, il est plus critique que jamais que les équipes informatiques maximisent tous les appareils à leur disposition.

Les équipes informatiques de l’éducation ont besoin d’une connexion permanente à chaque appareil, que cet appareil soit sur ou hors du réseau scolaire. Cette connexion, et la visibilité totale qu’elle permet, permet de dire combien d’appareils sont rentrés chez eux avec les élèves et le personnel et s’il y a des appareils manquants ou non comptabilisés. Elle permet de répondre à des questions clés telles que : les élèves qui ont reçu un appareil peuvent-ils se connecter chez eux ? Utilisent-ils réellement ces appareils pour apprendre ? Comment allons-nous récupérer les appareils à la fin de l’année scolaire ?

Pour qu’un environnement d’apprentissage numérique soit considéré comme réellement sûr et sécurisé, il doit y avoir des réponses claires et en temps réel à ces questions et des outils pour prendre des mesures en conséquence.

 

2. Des données, des données, des données

Les équipes informatiques ont certainement une tâche colossale à accomplir : s’assurer que les étudiants sont dotés de moyens numériques et correctement équipés pour apprendre à distance, tout en veillant à ce que les technologies et applications numériques qu’elles déploient ne compromettent pas la sécurité ou la confidentialité des étudiants. Cela signifie qu’ils doivent savoir si l’appareil d’un étudiant ou d’un membre du personnel est équipé de contrôles de sécurité essentiels – tels qu’un antivirus, des filtres Web, un VPN ou d’autres outils d’accès à distance – et si ces contrôles fonctionnent efficacement. Peuvent-ils voir si les correctifs et les mises à jour critiques ont été déployés et installés avec succès sur les terminaux distants ? Peuvent-ils identifier les élèves qui utilisent des VPN malveillants pour accéder à des contenus inappropriés, mettant potentiellement en péril leur sécurité et leur vie privée ?

Les établissements scolaires ont de multiples actionnaires auxquels ils doivent rendre des comptes, et il est donc impératif d’avoir accès aux éclairages nécessaires pour démontrer cette responsabilité à chacun d’entre eux. Il y a les élèves qu’elles enseignent, la communauté qu’elles servent et les contribuables qui les financent ; toutes ces parties ont besoin de comprendre l’efficacité de leurs programmes d’apprentissage et de savoir si les investissements réalisés dans ces programmes ont porté leurs fruits.

 

Ce qui est tout aussi important que la capacité à suivre chaque appareil, c’est d’avoir une boucle de rétroaction continue vers cet appareil, une boucle capable de fournir des aperçus directement alignés sur des mesures clés – comme le nombre d’appareils entre les mains des élèves, les niveaux d’engagement des élèves avec les apps d’apprentissage numérique, et si les données des élèves sont correctement protégées. Ce n’est qu’avec ce retour d’information que les écoles peuvent évaluer et prendre des mesures pour améliorer leurs processus, leurs technologies et leur posture de sécurité au cours des prochains mois.

 

3. Agilité et flexibilité

Le troisième composant critique ici est l’agilité opérationnelle ; vous ne pouvez tout simplement pas construire ou optimiser pour un modèle en particulier. Pour disposer d’un environnement d’apprentissage à distance sécurisé, il faut un niveau de sécurité cohérent, quel que soit le modèle d’exploitation actuel. Les écoles doivent pouvoir effectuer des transitions transparentes entre les modèles – qu’ils soient à distance, hybrides ou en personne – si et quand cela est nécessaire, ainsi que maintenir le même niveau de visibilité des appareils et de protection des données, qu’un appareil soit connecté au réseau de l’école ou au réseau domestique.

 

S’il y a une chose sur laquelle tout le monde peut s’accorder, c’est que les étudiants doivent pouvoir apprendre où qu’ils soient – et que leur sécurité doit être au premier plan, qu’ils soient en classe ou à la maison. Ces trois composantes s’avéreront absolument cruciales pour permettre aux écoles d’assumer cette énorme responsabilité qui leur incombe, de tenir la promesse d’un environnement d’apprentissage sûr et productif, quel que soit le modèle qu’elles choisissent.