Qu’est-ce qu’un accord de confidentialité ? Tout ce que vous devez savoir

Un accord de confidentialité est un contrat entre deux ou plusieurs parties réglementant le traitement d’informations privées spécifiées. Si ces accords peuvent exister dans divers contextes, ils sont particulièrement pertinents dans le monde des entreprises et des organisations à but non lucratif, où ils s’avèrent essentiels pour protéger les informations internes de la vue du public. Vous pouvez voir ici pour avoir plus d’informations.

 

Les accords de confidentialité : Les bases

 

Parties à un accord de confidentialité

Bien que des accords plus complexes soient possibles, la plupart des accords de confidentialité ont simplement une partie divulgatrice (avec un contrôle présumé de l’information en question) et le destinataire à qui des limites sont imposées. Bien que ces accords offrent un recours juridique à la partie divulgatrice en cas de violation, le langage que ces contrats contiennent peut tout aussi bien protéger un destinataire en cas de litige entre les parties.

 

Qu’est-ce que les accords de confidentialité protègent ?

L’un des types d’informations les plus courants que les accords de confidentialité protègent est la connaissance des informations commerciales exclusives telles que les secrets commerciaux et les stratégies commerciales. Cela inclut les informations techniques et commerciales telles que les instructions pour créer un produit ou les études de marché exclusives menées par l’entreprise. Cela inclut également la connaissance de situations confidentielles en cours, telles que des actions en justice ou des explorations de fusions et d’acquisitions, qui permettent de se prémunir contre des menaces telles que la manipulation du marché et le délit d’initié.

Les salaires des dirigeants sont un sujet courant des accords de confidentialité. Un accord peut aussi préciser les fins auxquelles les informations en question peuvent être utilisées et peut interdire à l’une ou l’autre des parties concernées certaines utilisations. Il n’y a pas de limites sur le type d’informations auxquelles les accords de confidentialité peuvent s’appliquer – seulement que les informations soient partagées entre les parties de l’accord.

 

Renforcer un accord de confidentialité

Les accords de confidentialité sont régis en grande partie par le droit des États. Bien qu’ils puissent être spécifiques quant à ce à quoi ils s’appliquent et ce qu’ils prescrivent, ces contrats peuvent être notoirement difficiles et coûteux à faire respecter par les tribunaux. Souvent, cela est dû à la nécessité de fournir la preuve que le plaignant a subi un préjudice du fait de la violation présumée.

Dans le cas où un accord de confidentialité est appliqué avec succès par le biais d’un litige, il peut y avoir un certain nombre de recours sur la table. Comme pour d’autres questions juridiques similaires, le remboursement des dommages monétaires est fréquemment central parmi ces recours. Obtenir une compensation équitable peut toutefois s’avérer difficile. Il est difficile de prouver l’étendue complète des pertes dues à une violation, en particulier lorsque l’impact de la violation se poursuivra au-delà de la durée du litige. C’est pourquoi d’autres formes de réparation équitable sont souvent demandées. Cela inclut couramment une injonction interdisant la diffusion future des informations en question.

 

Principaux éléments d’un accord de confidentialité

Définition des informations confidentielles

Cet élément essentiel décrit ce qui est considéré comme confidentiel par la partie divulgatrice, fixant les paramètres des informations protégées. Lors de la négociation d’un accord, des définitions plus complètes de ce qui est confidentiel sont généralement souhaitables pour la partie divulgatrice, bien qu’un accord de confidentialité puisse s’effondrer devant un tribunal s’il est trop complet et ne peut être raisonnablement appliqué. Il est généralement dans l’intérêt du destinataire de rechercher des définitions étroites de ce qui est confidentiel.

 

Obligation de confidentialité

C’est ici qu’un accord de confidentialité entre dans les détails de la façon dont un destinataire doit traiter les informations en question, maintenant que la portée de ces informations a été définie. L’accord énonce des directives telles que les personnes à qui le destinataire peut ou ne peut pas divulguer les informations et les fins auxquelles elles peuvent être utilisées. Ce faisant, il doit également définir ce qui constitue une violation de l’accord.

 

Exceptions

La partie divulgatrice reconnaît habituellement les cas où l’obligation de confidentialité ne s’appliquera pas. Il s’agit par exemple des informations divulguées par une ordonnance du tribunal et des informations qui deviennent publiques indépendamment du destinataire, bien que d’autres exceptions puissent être plus spécifiques aux parties concernées et à la nature de l’information.

 

Propriété de l’information

Bien que ce ne soit pas le point central d’un accord de confidentialité, cette composante aborde de manière importante toute ambiguïté sur les droits (ou l’absence de droits) du destinataire sur l’information en question. Dans la plupart des cas, le destinataire doit reconnaître que le fait de lui divulguer des informations confidentielles n’implique aucun droit sur ces informations et que la partie divulgatrice en conserve la propriété.

 

Durée de l’accord

Certains accords de confidentialité n’ont pas de point final définitif et sont ostensiblement applicables à perpétuité. D’autres précisent un délai, lié soit à une durée quantifiée, soit à des événements non datés, tels que le lancement éventuel d’un produit ou la durée de l’emploi d’un destinataire dans une société divulgatrice. Les accords doivent préciser quand et dans quelles conditions ils peuvent être résiliés prématurément par l’une ou l’autre des parties.

 

Types d’accords de confidentialité

Unilatéral et bilatéral

Comme son nom l’indique, un accord de confidentialité unilatéral est un contrat unilatéral qui ne restreint que le destinataire. Un accord bilatéral, en revanche, engage deux parties (ou plus, dans le cas d’un accord de confidentialité « mutuel ») à protéger les informations de l’autre. Les accords unilatéraux sont peut-être plus courants et sont fréquemment utilisés par les entreprises pour imposer des restrictions aux employés, tandis que les accords bilatéraux sont plus courants entre deux entreprises collaboratrices.

 

Autres classifications

Distinguer davantage les différents types d’accords de confidentialité revient généralement à déterminer le type de parties concernées. Un « accord d’inventeur » est utilisé par les inventeurs pour protéger les inventions non brevetées. Un « accord de non-divulgation des employés » est présenté par les employeurs à leurs employés, tandis qu’un « accord de non-divulgation des entretiens » empêche les candidats rejetés de divulguer les informations qu’ils ont apprises au cours de leurs interactions avec un employeur. Un accord de confidentialité « standard » est un fourre-tout qui peut couvrir une variété de situations.

 

Exemples d’accords de confidentialité

Pour illustrer l’éventail et la portée des accords de confidentialité, voici quelques exemples d’accords de confidentialité :

  • Formules, recettes et autres secrets commerciaux
  • Communications commerciales
  • Demandes de brevet non enregistrées
  • Termes d’un règlement juridique
  • Les logiciels propriétaires ou autres technologies informatiques
  • Les plans de vente
  • Les informations de marketing propriétaires
  • Les plans d’affaires. informations marketing exclusives
  • Données/résultats de tests