Cet article explore comment l’interaction sociale ne doit pas être limitée aux environnements d’apprentissage en ligne multi-utilisateurs. Grâce à une conception pédagogique créative et à une narration axée sur le personnage, le constructivisme social peut également améliorer efficacement l’expérience de l’apprenant isolé.

Le constructivisme social : Est-il possible pour les apprenants isolés ?

La théorie du constructivisme social met l’accent sur la nature collaborative de l’apprentissage, avec l’hypothèse sous-jacente que la connaissance est construite par l’interaction des autres. Pour une autre définition du constructivisme social, regardez cet article.

Traditionnellement, l’apprentissage en ligne a été de nature transmissionniste. Il est centré sur l’instructeur, ce qui signifie que la technologie fournit les connaissances. L’apprenant est passif, un récipient vide à remplir de ce savoir. L’apprenant lit, regarde, écoute et (espérons-le !) apprend.

Contrairement à cela, les approches contemporaines de l’apprentissage en classe sont souvent sous-tendues par une théorie constructiviste. Le constructivisme considère que les étudiants apprennent mieux en s’engageant activement. Plutôt que l’expert au premier rang de la classe qui transmet toutes ses connaissances à l’apprenant, l’enseignant joue le rôle de facilitateur ou celui de provocateur de l’apprentissage, en guidant et en soutenant les apprenants dans la construction de leur propre compréhension et connaissance du monde, en faisant des expériences et en réfléchissant à ces expériences.

Le constructivisme social pousse ce concept encore plus loin, en mettant l’accent sur les aspects sociaux de l’apprentissage. S’appuyant sur les travaux de Lev Vygotsky, les constructivistes sociaux estiment que nous apprenons mieux par nos interactions avec les autres. La conception de nombreuses salles de classe contemporaines reflète cette idée, reconnaissant le pouvoir du discours avec des pupitres disposés en groupes pour faciliter la discussion, plutôt que les rangées plus traditionnelles tournées vers l’avant. Les constructivistes sociaux adoptent également le concept de Vygotsky de la zone de développement proximal (ZPD) – la différence entre ce qu’un apprenant peut faire sans aide et ce qu’il peut réaliser avec l’aide d’un “pair plus compétent” (Vygotsky, 1978).

Si le constructivisme social peut facilement sous-tendre l’apprentissage en classe, comment cette théorie peut-elle être appliquée dans un environnement d’apprentissage virtuel ? La conception pédagogique en a tenu compte ces dernières années, comme en témoigne l’essor de la collaboration en ligne entre les apprenants à distance par le biais, par exemple, du courrier électronique, de la messagerie, de la vidéoconférence et des plateformes de partage numérique.

Le constructivisme social dans l’apprentissage en ligne

Mais qu’en est-il du seul eLearner dont la seule interaction est avec le cours en ligne sur l’écran d’ordinateur devant lui ? Comment le constructivisme social peut-il être appliqué à leur expérience d’apprentissage ?

On peut en voir un exemple dans la conception du nouveau cours Move More at Work d’echo3education. Le cours est dispensé par “Echo”, un expert en dessin animé qui guide les candidats dans leur apprentissage. En tant qu’enseignant virtuel, Echo s’adresse directement aux apprenants et les aide à développer leurs connaissances et leur compréhension. Elle encourage les candidats à appliquer le contenu du cours dans leur propre contexte. Cela leur permet de réfléchir plus efficacement aux changements positifs qu’ils peuvent apporter à leurs habitudes de travail afin de réduire la sédentarité.

En termes de constructivisme social, Echo est le pair le plus compétent, aidant les candidats à passer de ce qu’ils peuvent faire/comprendre sans aide à ce qu’ils peuvent faire/comprendre avec le soutien d’Echo à ce qu’ils ne peuvent pas faire/comprendre actuellement de manière indépendante, mais qu’ils pourront faire à la fin du cours.

En rejoignant les candidats du cours “Move More at Work”, un personnage d’ours représente l’apprenant cible dans les graphiques du cours. Le développement de l’ours reflète celui de l’apprenant, offrant ainsi une représentation visuelle des progrès que les candidats eux-mêmes réalisent alors qu’Echo les aide à franchir leur ZPD.

L’un des inconvénients de l’apprentissage en ligne est que de nombreux cours existants se composent d’une série d’écrans de type PowerPoint, dont certains sont dotés de texte, d’autres d’une voix off enregistrée et d’autres encore dépendent simplement de la lecture de l’apprenant. Avec une telle expérience d’apprentissage (ce qui, en réalité, n’est souvent pas le cas avec le contenu sur la santé et la sécurité), l’engagement dans le cours diminue considérablement – au milieu du cours, l’apprenant clique sur le bouton d’avance sans prendre la peine de lire le texte. Et vers la fin, les apprenants se cognent la tête sur leur bureau en se demandant si cet enfer finira un jour. Pas très propice à un apprentissage efficace.

En revanche, les visuels spécialement commandés emmènent les candidats dans un voyage narratif qui renforce l’engagement de l’apprenant grâce à un mélange d’humour, d’animation, de voix off et de scénario. Les candidats peuvent s’identifier à l’ours (ou Echo), car ensemble, ils s’engagent activement dans des activités d’apprentissage et d’auto-réflexion.

Cela dit, chez echo3education, ils sont également sensibles au fait que de nombreuses personnes considèrent la formation en ligne comme un exercice de cochage, ce qu’elles doivent faire simplement pour prouver qu’elles ont les connaissances et la compréhension nécessaires. Dans ces situations, l’apprentissage en ligne ne développe pas les compétences de l’apprenant – il renforce ce qu’il sait déjà, ce qui lui permet de le prouver par un certificat d’achèvement. Il n’y a pas de franchissement de la ZPD car les connaissances et la compréhension du candidat correspondent déjà aux résultats d’apprentissage du cours.

Ainsi, si les développeurs de l’eLearning appliquent la créativité et l’innovation à la conception pédagogique, le constructivisme social ne doit pas se limiter aux environnements virtuels multi-utilisateurs. Au lieu d’être confiné à un apprentissage en ligne transmissionniste et dirigé par un instructeur, le seul eLearner disposera au contraire d’une plateforme où il jouera un rôle actif dans son propre développement. Oui, cela demande un engagement supplémentaire en termes de temps et de coût mais, au bout du compte, cela ne vaut-il pas la peine en termes d’impact du cours et de réussite de l’apprenant ?