De plus en plus de jeunes Français, de 18 à 30 ans, projettent de devenir entrepreneurs. Comme le prouve l’étude réalisée par OpinionWay pour France Active, ils sont près de 42% à vouloir se lancer dans les affaires. La jeune génération est nettement plus fougueuse que celle de leurs parents : la majorité de ces futurs entrepreneurs privilégient surtout les projets viables sur les plans économique et écologique. Ils ont le choix parmi plusieurs formes de société, dont la SASU et la EURL, qui sont deux formes de sociétés unipersonnelles.

La SASU : un statut flexible et protecteur

La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) est constituée d’un seul associé. Ce dernier est donc tenu de déterminer les règles d’organisation, mais également le montant du capital social. L’associé unique peut d’ailleurs y engager des apports en nature ou en numéraire. En pratique, sa responsabilité se limite à la hauteur de ses apports.

Il ne faut pas oublier de mentionner que la SASU est composée d’actions qui sont faciles à transmettre, ce qui explique que c’est un statut favorable à l’arrivée de nouveaux investisseurs. Ces derniers pourront ainsi se joindre à la société et contribuer à son développement. Si vous voulez à terme accueillir d’autres associés dans votre projet, il est donc préférable de choisir le statut de SASU.

sasu-ou-eurl

À qui s’adresse le statut de SASU ?

Une Société par actions simplifiée unipersonnelle est particulièrement recommandée aux futurs dirigeants qui projettent de se lancer seuls dans les affaires et qui souhaitent bénéficier d’un régime social protecteur. En effet, le dirigeant de la SASU est rattaché au régime général de la Sécurité Sociale car il a le statut d’assimilé salarié. De fait, il profite d’une protection sociale quasi équivalente à celle des salariés.

L’EURL : une société simple à créer et à gérer

Une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée est équivalente à une SARL unipersonnelle. Comme avec la SASU, la responsabilité de l’associé unique est limitée au montant de ses apports. C’est à lui de déterminer le montant du capital (apport numéraire, apports en industrie…). En plus, ce statut permet de choisir entre une imposition sur les sociétés ou une imposition sur le revenu.

À qui s’adresse l’EURL ?

Le gérant de l’EURL est rattaché à la Sécurité Sociale des Indépendants, anciennement appelée le RSI. De fait, il bénéficie d’une protection sociale moins élevée que le Président de SASU mais, en contrepartie, le montant des cotisations sociales dont il doit s’acquitter est moins élevé. Le futur chef d’entreprise doit donc peser le pour et le contre entre payer moins de cotisations sociales ou bénéficier d’une meilleure protection sociale.