C’est une toute nouvelle année, et l’année 2020 a de quoi faire bonne figure. L’année dernière, nous avons vu l’indice de référence S&P 500  galoper de près de 29 %, ce qui représente le quadruple du rendement annuel moyen historique du marché boursier, y compris le réinvestissement des dividendes et après ajustement en fonction de l’inflation.

La grande question, bien sûr, est de savoir ce que l’année en cours pourrait réserver au marché et aux investisseurs en général. Les 6 prévisions suivantes pour le marché boursier en 2020 peuvent donner quelques indications.

1. Il n’y aura pas de récession en 2020

La plus grande question que se posent les investisseurs est sans doute de savoir si une récession se prépare. Si cela semble être le cas après une très brève inversion des obligations du Trésor à deux et dix ans à la fin du mois d’août, les données du Crédit Suisse, qui remontent à 1978, montrent que la récession moyenne n’apparaît que 22 mois après l’inversion. De même, les rendements boursiers ne deviennent négatifs que 18 mois en moyenne après une inversion, ce qui met le marché sur la voie d’un essoufflement au cours du premier trimestre de 2021 (en supposant que ces moyennes se vérifient).

2. Le marché boursier connaîtra une nouvelle année positive

Bien que le marché boursier ait enregistré des rendements bien supérieurs aux normes historiques en 2019, cette année devrait apporter davantage de gains aux investisseurs. Les données historiques sur les rendements annuels montrent que le marché boursier a tendance à très bien se porter les années suivant une hausse d’au moins 20 %. Depuis 1981, il y a eu 11 années où le S&P 500 a atteint au moins 20 % (sans compter les arrondis). Dans un seul cas (1990), le S&P 500 a terminé plus bas l’année suivante. En fait, dans la majorité de ces 11 cas, le S&P 500 a fini par réaliser un autre gain à deux chiffres l’année suivante.

3. Le marché connaîtra une correction d’au moins 10 %

Toutefois, ce n’est pas parce que les données suggèrent que le marché élargi va augmenter en 2020 que nous allons nous diriger tout droit vers le haut. Au cours des 70 dernières années, le S&P 500 a subi 37 corrections d’au moins 10 % (sans compter les arrondis), et bien plus encore si l’on compte celles qui se situent entre 8 et 9,9 %. Il est rare que l’on échappe à une année donnée sans avoir au moins une bonne frayeur ou une bonne secousse, et je ne crois pas que 2020 sera une exception. Avec beaucoup d’incertitudes encore sur la table, y compris la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, une correction d’au moins 10 % dans le S&P 500 a plus de chances de se produire que de ne pas se produire en 2020.

4. L’or et l’argent vont surpasser, une fois de plus

Malgré des gains substantiels en 2019, l’or et l’argent physiques sont prêts pour une nouvelle année brillante en 2020. Bien que l’on considère généralement l’or et l’argent comme des placements sûrs qui se retrouvent en masse pendant les périodes d’incertitude, le principal catalyseur des métaux précieux reste un environnement à très faible rendement. Les CD bancaires et les billets de trésorerie ayant du mal à suivre le taux d’inflation, les métaux précieux comme l’or et l’argent, qui n’ont pas de rendement, devraient rester une alternative attrayante aux actifs à revenu fixe.

5. Les soins de santé seront le secteur le plus chaud du S&P 500

Bien que cela puisse être difficile à croire, le deuxième secteur le moins performant du S&P 500 en 2019 est celui des soins de santé, seul le secteur de l’énergie enregistrant une plus mauvaise performance. Alors que nous nous dirigeons tête baissée vers 2020, je vais chercher à ce que le secteur de la santé mène la danse.

Avec autant d’investisseurs qui cherchent une raison de s’inquiéter d’une récession, il est logique qu’ils se tournent vers un secteur résistant à la récession. Après tout, nous n’avons pas à décider quand nous tombons malades ou quels maux nous développons. La santé est donc un secteur dont la demande est prévisible, mais dont la croissance provient en grande partie des nouveaux médicaments, des dispositifs médicaux et des technologies personnalisées.

Qui plus est, les secteurs des soins de santé, tels que la biotechnologie, sont évalués près de leurs ratios prix/bénéfices à terme les plus bas depuis au moins deux décennies. Il y a beaucoup de place pour une expansion multiple des bénéfices parmi les biotechnologies, les produits pharmaceutiques, les services de santé et les actions des distributeurs de soins de santé.

6. Bitcoin va perdre la moitié de sa valeur marchande… à nouveau

Après un rallye de près de 3 500 dollars par pièce en 2019, je vais chercher à ce que la monnaie phare de la cryptographie perde au moins la moitié de sa valeur en 2020.

Le grand rallye du bitcoin en 2019 semble avoir été alimenté par la réduction de moitié de la récompense en bloc pour les mineurs de cryptocourant en mai 2020. Nous avons assisté à un rallye similaire pour les bitcoins avant la précédente réduction de moitié de la récompense en bloc en juillet 2016, les mineurs essayant de bloquer une récompense aussi élevée que possible pour la vérification des transactions de la chaîne de blocs.

Malheureusement pour le bitcoin, les catalyseurs semblent peu nombreux au-delà du mois de mai. La technologie sous-jacente de Bitcoin, la chaîne de blocs, n’a pas décollé au niveau de l’entreprise comme prévu, et bitcoin lui-même est un investissement fondamentalement défectueux. Et, cerise sur le gâteau, la Securities and Exchange Commission reste méfiante à l’égard des bitcoins et n’a pas encore autorisé un fonds négocié en bourse basé sur les bitcoins. En d’autres termes, évitez les bitcoins en 2020 !