La glossophobie est cette peur de parler devant un public plus ou moins grand

Posté le mercredi 19 décembre 2018 dans Bien être au travail

La glossophobie est cette peur de parler devant un public plus ou moins grand

La plupart des gens éprouvent un certain degré de nervosité ou d’anxiété lorsqu’ils font un discours, une présentation ou une performance sur scène. Ils parviennent toujours à faire face à l’occasion même s’ils n’en profitent pas. Cependant, les personnes qui souffrent de glossophobie peuvent délibérément éviter les situations où elles devraient parler en public.

Qu’est-ce que la glossophobie ?

La glossophobie n’est pas une maladie dangereuse ou chronique. C’est le terme médical pour la peur de parler en public. Et cela touche jusqu’à quatre personnes sur dix.

Pour les personnes concernées, parler devant un groupe peut déclencher des sentiments d’inconfort et d’anxiété. Cela peut s’accompagner de tremblements incontrôlables, de transpiration et d’un rythme cardiaque effréné. Il se peut aussi que vous ayez un besoin impérieux de sortir de la pièce ou de fuir la situation qui vous cause du stress.

La glossophobie est une phobie sociale ou trouble d’anxiété sociale. Les troubles anxieux vont au-delà de l’inquiétude ou de la nervosité occasionnelle. Ils provoquent de fortes peurs qui sont disproportionnées par rapport à ce que vous vivez ou pensez.

Les troubles anxieux s’aggravent souvent avec le temps. Et ils peuvent interférer avec votre capacité à fonctionner dans certaines circonstances.

À quoi ressemble la glossophobie ?

Lorsqu’il est question de faire une présentation, beaucoup de gens ressentent la réaction classique de combat ou de fuite. C’est la façon dont l’organisme se prépare à se défendre contre les menaces perçues.

Lorsqu’il est menacé, votre cerveau déclenche la libération d’adrénaline et de stéroïdes. Cela entraîne une augmentation de votre glycémie ou de votre niveau d’énergie. Votre tension artérielle et votre fréquence cardiaque augmentent également, envoyant plus de sang dans vos muscles.

Les symptômes les plus fréquents du combat ou de la fuite sont les suivants :

  • Rythme cardiaque rapide
  • Tremblement
  • Sudation
  • Nausée ou vomissements
  • Essoufflement ou hyperventilation
  • Vertige
  • Ttension musculaire
  • Envie de s’enfuir

 

Causes de la glossophobie

Bien que la réaction de combat ou de fuite ait bien fonctionné lorsque les humains devaient craindre des attaques ennemies et des animaux sauvages, elle n’est pas efficace dans une salle de réunion. Le fait d’aller à la racine de votre peur peut vous aider à prendre des mesures efficaces pour la gérer.

De nombreuses personnes qui craignent fortement de parler en public craignent d’être jugées, embarrassées ou rejetées. Ils ont peut-être vécu une expérience désagréable, comme le fait d’avoir fait un rapport en classe qui ne s’est pas bien passé. Ou bien on leur demande de se produire sur place sans préparation.

Bien que les phobies sociales soient souvent ancrées dans les familles, la science qui les sous-tend n’est pas comprise. Une étude réalisée en 2002 a révélé que l’élevage de souris reproductrices qui montrent moins de peur et d’anxiété se traduisait par une progéniture avec moins d’anxiété. Mais d’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les phobies sociales sont héréditaires.

Des tests effectués par le National Institute of Mental Health ont révélé que le cerveau des personnes souffrant d’anxiété sociale réagit davantage lorsque des commentaires négatifs leur sont lus. Les zones touchées étaient celles responsables de l’auto-évaluation et du traitement émotionnel. Cette réaction accrue n’a pas été observée chez les personnes qui n’étaient pas atteintes de ce trouble.

Comment traite-t-on la glossophobie ?

Si votre peur de parler en public est grave ou interfère avec votre vie quotidienne, consultez votre médecin. Il peut travailler avec vous pour élaborer un plan de traitement ciblé. Les options pour les plans de traitement comprennent :

  • Psychothérapie

De nombreuses personnes sont capables de surmonter leur glossophobie grâce à la thérapie cognitivo-comportementale. Travailler avec un thérapeute peut vous aider à identifier la cause profonde de votre anxiété. Par exemple, vous découvrirez peut-être que vous craignez le ridicule, plutôt que de parler, parce qu’on s’est moqué de vous quand vous étiez enfant.

Ensemble, vous et votre thérapeute explorerez vos peurs et les pensées négatives qui les accompagnent. Votre thérapeute peut vous apprendre comment remodeler vos pensées négatives. En voici quelques exemples :

  • Au lieu de penser « je ne peux pas faire d’erreurs », acceptez que tout le monde fasse des erreurs ou a des omissions dans ses présentations. Ce n’est pas grave. La plupart du temps, le public ne les connaît pas.
  • Au lieu de « tout le monde pensera que je suis incompétent », mettez l’accent sur le fait que le public veut que vous réussissiez. Rappelez-vous ensuite que votre sujet préparé est excellent et que vous le connaissez bien.

Une fois que vous avez identifié vos craintes, exercez-vous à vous présenter devant de petits groupes de soutien. Au fur et à mesure que votre confiance grandit, elle s’élargit pour atteindre un public plus large.

  • Médicaments

Si le traitement ne soulage pas vos symptômes, votre médecin peut vous prescrire l’un des nombreux médicaments utilisés pour traiter les troubles anxieux.

Les bêta-bloquants sont habituellement utilisés pour traiter l’hypertension artérielle et certains troubles cardiaques. Ils peuvent également être utiles pour contrôler les symptômes physiques de la glossophobie.

Les antidépresseurs sont utilisés pour traiter la dépression, mais ils peuvent aussi être efficaces pour contrôler l’anxiété sociale.

Si votre anxiété est grave et affecte votre vie quotidienne, votre médecin peut vous prescrire des benzodiazépines comme l’Ativan ou le Xanax.

 

 

Autres stratégies pour surmonter la glossophobie

Il y a quelques stratégies que vous pouvez utiliser en combinaison avec un traitement traditionnel ou seul. Par exemple, vous pourriez trouver avantageux de suivre un cours ou un atelier sur l’art oratoire. Nombre d’entre elles sont conçues pour les personnes atteintes de glossophobie. Vous pouvez également consulter Toastmasters International, une organisation qui forme des gens à l’art oratoire.

Voici d’autres conseils pour vous aider à naviguer dans des situations d’allocution en public :

  • En préparation :

 

  • Connaissez votre sujet : Cela ne signifie pas que vous devez mémoriser votre présentation, mais vous devez savoir ce que vous devez dire et avoir un aperçu des points clés. Accordez une attention particulière à l’introduction, car c’est à ce moment-là que vous risquez d’être le plus nerveux.
  • Scénarisez votre présentation : Répétez jusqu’à ce que vous soyez dans le bain. Ensuite, jetez le script.
  • Entraînez-vous souvent : Vous devriez continuer à vous entraîner jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec ce que vous allez dire. Alors, entraînez-vous davantage. Votre confiance augmentera à mesure que vous réaliserez que vous savez ce que vous allez dire.
  • Enregistrez votre présentation sur vidéo : Vous pouvez noter si des modifications sont nécessaires. Et vous pourriez être agréablement surpris de voir à quel point vous avez l’air.
  • Intégrez les questions de l’auditoire à votre routine : Notez une liste de questions qui pourraient vous être posées et soyez prêt à y répondre. Le cas échéant, prévoyez de faire participer l’auditoire à votre présentation en posant des questions.

 

  • Juste avant votre présentation :

Si possible, répétez votre sujet/présentation une dernière fois avant de sortir pour faire votre présentation. Vous devriez également éviter la nourriture ou la caféine avant de parler.

Une fois arrivée à votre lieu de conférence, familiarisez-vous avec l’espace. Si vous utilisez de l’équipement, comme un ordinateur portatif ou un projecteur, assurez-vous que tout fonctionne.

  • Pendant votre présentation

N’oubliez pas que 40 % de l’auditoire craint également de parler en public. Il n’y a pas besoin de s’excuser d’être nerveux. Faites plutôt de votre mieux pour accepter que le stress est normal et utilisez-le pour être plus alerte et énergique.

Souriez et établissez un contact visuel avec les membres de l’auditoire que vous rencontrez. Profitez de toute occasion de passer quelques instants à discuter avec eux. Assurez-vous de prendre plusieurs respirations lentes et profondes pour vous aider à vous calmer au besoin.

Mark Twain a dit : « Il y a deux types d’orateurs. Ceux qui deviennent nerveux et ceux qui mentent ». C’est normal d’être un peu nerveux. Et vous pouvez surmonter la glossophobie. En fait, avec un peu de pratique, vous apprendrez peut-être à aimer parler en public.