Soyez honnête, combien de managers de votre entreprise sont formidables ? Je veux dire, vraiment excellents dans leur travail ? 

Allez-y et comptez-vous parmi eux. 

Votre liste est-elle longue ou courte ?

Si vous êtes honnête à 100 %, elle est probablement courte. Selon un rapport, « seuls 10 % des travailleurs possèdent le talent nécessaire pour être un grand manager ».

Faites maintenant une liste des managers qui ne sont pas si bons dans leur travail.

Vous connaissez les personnes dont je parle. Ils crient beaucoup et se pavanent dans le bureau comme s’ils étaient la meilleure chose depuis le pain tranché.

Mais il y a beaucoup d’autres choses qui distinguent les mauvais managers des grands. Voici une liste de 13 points sur lesquels démarrer :

1) Donner des ordres comme un dictateur

Les gestionnaires qui font cela n’auront pas de personnes à commander longtemps car personne n’aime être traité comme un péon et partira pour des pâturages plus verts.

2) Humilier publiquement les employés

Dans le même ordre d’idées, gronder les employés devant les autres employés est préjudiciable pour le moral et crée un roulement de personnel.

Personne n’aime être humilié publiquement s’il fait une erreur. Mettez la personne à l’écart et discutez de la question en privé.

3) Menacer les gens

Je ne parle pas de les menacer de les tuer, mais plutôt de les menacer avec leur emploi. Ce n’est pas du tout la qualité d’un leader, et cela vous fait paraître faible au lieu de fort.

4) Faire des crises de colère

On pourrait penser qu’au moment où les gens atteindront le statut de cadre, ils auront tous grandi. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Si certaines personnes semblent avoir atteint l’âge adulte, en réalité, ce ne sont que des enfants gâtés qui font des crises quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent.

Ce n’est pas correct dans un environnement professionnel, et cela ne suscite ni respect ni loyauté de la part du personnel.

5) Refuser de se salir les mains

Les meilleurs gestionnaires donnent l’exemple, au lieu d’être simple commanditaire.

En d’autres termes, ils ne demandent jamais à leur personnel de faire des choses qu’ils ne sont pas prêts à faire eux-mêmes.

Les managers qui se comportent comme si certaines tâches étaient indignes d’eux n’auront jamais un staff prêt à aller jusqu’au bout à leur place.

6) Traiter les gens comme des idiots

Chacun a des forces et des faiblesses différentes. Les grands managers identifient ce que chaque membre de leur équipe possède comme plus-value et savent tirer profit de ces forces.

Ils ne se concentrent pas sur les faiblesses de quelqu’un et ne le font pas se sentir stupide, mais ils lui fournissent plutôt une formation pour l’aider à s’améliorer.

7) Rappeler à tous à chacun qu’ils sont responsables

Beaucoup de mauvais patrons ressentent le besoin de rappeler aux membres de leur personnel qu’ils sont aux commandes, plus importants et meilleurs qu’eux. C’est l’approche classique « Je suis le patron et vous ne l’êtes pas ».

La raison : Ils sont peu sûrs d’eux, malheureux et ont une faible estime de soi. Ils ressentent le besoin de rabaisser les autres et de les garder pour qu’ils obtiennent eux-mêmes l’attention et la validation dont ils ont besoin. Quelqu’un qui est heureux et en sécurité n’a pas besoin de cette validation. Ils veulent partager les feux de la rampe et voir leur personnel réussir.

8) S’attribuer le mérite du travail des autres et rejeter la faute sur les autres

Certains directeurs s’attribuent le mérite de tout ce que fait leur personnel et leur reprochent ensuite les erreurs commises. Pourquoi ? Généralement, c’est parce qu’ils ont trop de fierté et/ou qu’ils manquent de courage.

Les grands managers ne s’attribuent pas le mérite des succès des autres et, lorsque les choses tournent mal, ils en assument la responsabilité, que ce soit la faute de leur personnel ou la leur.

Les grands managers donnent des conseils et des orientations à leur personnel pour qu’il n’échoue pas.

9) Mentir comme un tapis

Aucune bonne relation, professionnelle ou personnelle, n’est fondée sur le mensonge.

Les cadres qui mentent à leur personnel perdent rapidement leur confiance et ont du mal à atteindre leurs objectifs.

Lorsque votre personnel ne vous fait pas confiance, il remet en question tout ce qu’on lui demande et ne vous donne pas 100 % de ses efforts.

10) Faites appel aux faveurs

Les managers qui semblent accommodants perdent leur crédibilité auprès du personnel dès qu’ils demandent une faveur.

Les dirigeants donnent, ils ne prennent pas.

Vous devez être généreux et flexible parce que c’est la bonne chose à faire. Non pas parce que vous pouvez faire passer le message au-dessus de la tête des employés pour obtenir quelque chose d’eux.

Si vous faites cela plusieurs fois, vous perdez toute loyauté et toute confiance de la part de votre personnel.

11) Jouer les favoris

Les grands managers traitent fondamentalement tous leurs employés de la même manière.

En jouant les favoris, les personnes qui ne sont pas « privilégiées » se sentent négligées et non appréciées.

Et si vous ne les appréciez pas, pourquoi devraient-ils travailler dur pour vous ?

Le résultat final : L’employé démoralisé cesse de travailler au mieux de ses capacités ou, dans le cas le plus probable, la personne part pour de bon.

12) Envahir le temps personnel des employés

Les entreprises paient leurs employés pour effectuer un travail pendant un nombre d’heures déterminé, en général.

Ce n’est pas cool d’empiéter sur leur temps personnel et cela ne fait pas partie des exigences de leur travail.

Les mauvais patrons font pression sur leurs employés pour qu’ils se rendent à des réunions d’entreprise, à des collectes de fonds, à des déjeuners ou qu’ils restent après les heures de travail.

Les grands managers respectent le temps libre de leurs employés.

13) Faire des promesses qu’ils savent ne pas pouvoir tenir

Les vagues promesses de grandeur peuvent fonctionner pendant un certain temps pour maintenir les employés où ils sont, mais avec le temps, ils voient à travers les détails flous et les délais qui ne cessent de se prolonger.

Dans ce cas, la relation patron-employé est irrémédiablement détériorée et l’employé se voit offrir des opportunités plus importantes et nettement meilleures.